Le pardon pour répondre au racisme

image: Le pardon pour répondre au racisme
© DR

Victime de propos racistes en plein match, le footballeur Prince Gouano a réagi d’une manière qui a scotché tout le monde.

Le racisme sévit malheureusement partout, même sur les terrains de foot de Ligue 1. Récemment, c’est Prince Gouano, capitaine de l’équipe d’Amiens, qui en a été victime lors d’un match contre Dijon. Alors qu’il s’approchait des tribunes, il a entendu des cris de singe. Choqué, il a repéré celui qui l’insultait. «J’ai voulu lui donner une deuxième chance et je lui ai demandé si c’était à moi qu’il s’adressait. Il a confirmé et il a refait ces bruits. A partir de là, c’était inadmissible», a-t-il raconté à plusieurs médias français après la rencontre.

Comment réagir?
Prince Gouano ne voulait pas encaisser cette situation sans rien dire. Il a donc quitté momentanément le terrain avec ses coéquipiers. Mais alors qu’il aurait pu rester dans les vestiaires, il a décidé de retourner jouer. A la question des journalistes lui demandant comment il avait fait pour reprendre le jeu après ça, le footballeur a répondu: «Je crois en Dieu. C’est lui qui m’a donné la force. Bien sûr que ça m’a blessé, mais ma croyance et ma foi me poussent à pardonner.» Beaucoup de médias ont salué cette réaction exemplaire.
Le joueur de vingt-cinq ans a ajouté qu’il pourrait évidemment porter plainte contre ce spectateur raciste. Mais il a renoncé. «Avec mes valeurs, je lui pardonne», a-t-il dit, en espérant que cette réaction aura plus d’impact qu’une plainte. «Ce monsieur-là sait à côté de quoi il est passé, il en parlera à ses enfants, qui en parleront à leurs enfants et ça impactera une génération. Stop à tout ça. Aimons-nous et vivons dans l’amour.» Le spectateur a été interpellé par la police.

Il sait que Dieu ne l’abandonne pas
Ancien international des équipes de France de jeunes, Prince Gouano avait déjà parlé de sa foi lors d’autres interviews. Face aux difficultés professionnelles qu’il avait traversées à un moment de sa vie, le joueur avait par exemple affirmé: «C’est digéré et je suis passé à autre chose. Je suis croyant. Je suis quelqu’un qui a la foi et je savais que Dieu n’allait pas m’abandonner. Il m’a montré encore une fois que je pouvais compter sur lui. J’ai gardé la foi dans mon coin et j’ai travaillé.» La bio de son Insta affiche la mention #godfirst.

Par Michael Bassin, michael@just4u.org

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°