«Roxanne»: The Police

image: «Roxanne»: The Police
© DR

The Police: Roxanne

Roxanne
pas besoin d'allumer la lumière rouge
C’est fini, tout ça
Plus besoin de vendre ton corps à la nuit
Roxanne,
t’es pas obligée de mettre cette robe ce soir
D’arpenter la rue pour de l'argent
Pour toi, peu importe si c’est bien ou mal

Roxanne,
pas besoin d'allumer la lumière rouge
Roxanne
la lumière rouge

Je t'aime depuis que je te connais
Jamais je te mépriserais
Mais je dois t'avouer mes sentiments
Pas question de te partager avec d’autres garçons
Ma décision est prise
Alors range tes maquillages
Je te l'ai déjà dit, je ne le dirai plus
C’est le mauvais chemin tout ça

Roxanne,
pas besoin d'allumer la lumière rouge
Roxanne
la lumière rouge

Ces Hits entrés dans l'histoire.

Cette chanson s’adresse à une prostituée. Elle a été écrite par Sting, chanteur de The Police, après un concert parisien, alors qu’il observait les femmes qui vendaient leur corps autour de l’hôtel où le groupe était logé.

Malgré l’apparente insouciance portée par les accents reggae du morceau, la voix émotive de Sting balance un message puissant: Roxanne n’est pas obligée de retourner à son trottoir, car elle est aimée. Celui qui est tombé amoureux d’elle tente de la convaincre de cette vérité avec plusieurs arguments.
Premièrement, son amour n’est pas juste une question de sexe. «Je t’aime depuis que je te connais.» Ce n’est pas une passe d’un soir qu’il veut, mais l’amour d'une relation qui dure.

Ensuite, son amour la valorise. «Jamais je ne te mépriserais.» Il sait que les clients de Roxanne n’ont aucun respect pour elle. Il veut lui rendre sa dignité.
Il affirme qu’il l’aimera même si elle ne met pas «cette robe» et si elle range «ses maquillages». L’amour véritable continue à aimer même sans les accoutrements de la séduction. Il réclame une relation exclusive. «Pas question de te partager avec d’autres garçons.» A la différence du sexe de consommation, l’amour véritable s’engage.

Et finalement, les deux strophes se terminent par un contraste moral fort. Même si pour Roxanne, «peu importe si c’est bien ou mal», son amoureux ne partage pas son avis sur les rapports tarifés: «C’est le mauvais chemin tout ça.»
Ce contraste est d’autant plus étonnant que le relativisme moral était déjà d’actualité à la fin des années 70, époque à laquelle la chanson est sortie.

Au début, les radios hésitaient à faire passer le titre, craignant qu’une chanson d’amour adressée à une prostituée ne choque la société bien-pensante. Mais si par la suite le titre est devenu un des principaux succès de The Police, c’est certainement parce que tout être humain a en lui l'espérance que la rédemption reste toujours possible.
Un message que les chrétiens connaissent bien!

Jonathan Hanley

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°