Nous pouvons être libérés de notre passé

image: Nous pouvons être libérés de notre passé
© DR

A 68 ans, Mirella Deriaz sert son prochain dans un centre de relation d’aide à Yverdon-les-Bains, en Suisse en s’impliquant aussi, avec son mari, pour les couples. Elle porte en équipe la responsabilité de la formation à la relation d’aide chrétienne FORRAC. Entretien.

Quand avez-vous rencontré Jésus?
Je viens d’une famille réformée peu pratiquante. En 1981, j’ai rencontré un chrétien qui m’a partagé le projet de Dieu pour chacun. Les paroles d’Esaïe 46, 4 «Jusqu’à votre vieillesse je serai le même, jusqu’à vos cheveux blancs je vous soutiendrai» ont atteint mon cœur chahuté par des circonstances de vie difficiles. Je me suis sentie accueillie par Dieu. Lors d’un séminaire, j’ai dit oui au salut en Jésus-Christ.
Peu affermie, j’ai choisi des chemins humains pour soulager ma souffrance. Après des années d’errance, j’ai rejoint une Eglise. J’ai su que Jésus m’aimait et qu’il voulait me délivrer. A 68 ans, mes cheveux sont blancs et la promesse d’Esaïe s’accomplit au quotidien.
Le joug qui pesait sur mes épaules a trouvé une réponse. Peu à peu, j’ai échangé mon manque de confiance, mes peurs, mes brisements pour entrer dans une nouvelle vie, à l’écoute de ses conseils. Me savoir pardonnée de mes mauvais choix m’a permis de vivre dans la paix, la joie et les projets de Dieu.

Quelles personnes ont été des parents spirituels pour vous?
Ma belle-mère d’abord, mes pasteurs et des formateurs qui ont été des modèles, nous encourageant à dépendre de Dieu. Ceci a eu des répercussions bienfaisantes dans ma vie personnelle et conjugale. Mon mari est un soutien au quotidien.

D’où est venue votre implication dans la relation d’aide?
Suivre le cours «Racines et fruits» m’a permis de mettre en lumière mon passé et d’en être libérée. Des personnes de ma région et moi avions à cœur de créer un lieu d’écoute et de prière. Il a ouvert ses portes en 2000. En 1996, j’ai suivi la formation romande FORRAC et quelques années plus tard, une formation à l’accompagnement des couples LiSa. Rechercher le conseil de Dieu pour les personnes afin qu’elles puissent vivre du «Tout est accompli» en Jésus est un privilège.

Quelle découverte sur Dieu ou sur l’humain vous a aidée dans vos relations?
J’ai découvert un Dieu d’amour qui nous accueille tels que nous sommes mais ne veut pas nous laisser où nous en sommes. Comprendre que nous sommes souvent dirigés par notre âme ou notre corps plutôt que par notre esprit nourri par l’Esprit de Dieu a été capital. J’ai aussi découvert que ma responsabilité était de pardonner sans rien attendre en retour afin que la grâce continue de circuler. Le pardon est souvent compris comme une obligation mais avant tout, c’est un cadeau que Dieu nous fait pour vivre heureux.

Quel personnage biblique vous touche particulièrement?
Ruth, qui a choisi de suivre sa belle-mère en laissant derrière elle son pays, ses traditions et sa famille pour mettre son espérance dans le Dieu de Naomi. Comme Ruth, nous pouvons tourner le dos aux traditions, aux offres multiples pour soulager nos souffrances afin de goûter à la provision de Dieu.

Propos recueillis par Sandrine Roulet

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°