Un regard neuf sur la mission

image: Un regard neuf sur la mission
© DR

Lors du prochain forum Mission Intégrale, les acteurs de la mission réfléchiront à un style de vie missionnel. Photo: La première édition du forum Mission Intégrale a eu lieu en 2016 près de Lyon.

«La mission dans son origine n’est pas une entreprise humaine mais elle s’inscrit dans le plan de Dieu.» Les 8 et 9 mars aura lieu à Lyon le deuxième forum Mission Intégrale.
Cet événement a pour but de permettre aux acteurs chrétiens de la mission et de la solidarité de se rencontrer, de réfléchir et de découvrir d’autres approches culturelles de la mission (monde anglophone, Afrique).
Il est organisé conjointement par l’Association au service de l’action humanitaire (ASAH), un regroupement d’associations d’inspiration chrétienne, et le réseau collaboratif d’organismes missionnaires Connect Missions (anciennement FMEF). Cette rencontre est dédiée aux responsables d’œuvres et d’Eglises ainsi qu’aux porteurs de projets.

Une mission qui s’adapte
Mais qu’est-ce que signifie la notion de mission intégrale? Marc Finkbeiner, coordinateur de Connect Missions, apporte une définition: «La mission intégrale est une approche très globale du royaume de Dieu tel que Jésus l’a annoncé. Cela passe par la communication de l’Evangile, l’action sociale, le témoignage de chaque chrétien, le témoignage de la communauté des croyants, la protection de l’environnement et l’implication dans la gouvernance de la cité.» L’objectif, selon le missionnaire, étant d’adopter «un style de vie missionnel» où chaque chrétien serait impliqué.
Le mouvement de Lausanne a considérablement fait évoluer les choses, estime Marc Finkbeiner. «Dans le temps, la mission c’était toujours selon un axe Nord/Sud. Il a fallu apprendre des erreurs du passé, notamment de la colonisation qui a laissé des traces dans la manière de voir la mission.»
L’Engagement du Cap, émanation du troisième Congrès de Lausanne pour l’évangélisation du monde (16-25 octobre 2010) décrit la mission chrétienne comme une réponse «aux réalités de notre propre génération». La mission intégrale serait donc inspirée par le modèle de Jésus, qui s’est incarné, et a «bouleversé» les croyants de son temps.

Redéfinir la mission
A l’origine du forum, de nombreux questionnements sur la mission et son but: Faut-il encore envoyer des missionnaires? Pour quoi faire? On parle de davantage de partenariats et d’aide mutuelle. Mais qui définira les besoins? Qui enverra? Qui accueillera? Et d’un point de vue biblique, est-ce que l’action sociale en fait partie? «C’est en fait l’évolution pratique, la nécessité de trouver des solutions, qui a posé le socle de la réflexion théologique et qui l’a poussée à redéfinir la mission en tant que mission intégrale», assure Marc Finkbeiner.

Quelles sont les attentes?
Depuis la première édition en 2016, qui a réuni une centaine d’acteurs de la Mission et des Eglises, Marc Finkbeiner se réjouit qu’il y ait eu plus de partenariats entre les œuvres, même si le plus grand défi reste d’associer davantage les responsables d’Eglises. L’ouvrage Vivre, annoncer et manifester l’Evangile, pour que le monde croie (éd. Excelsis) a été rédigé à l’issue du forum et reprend une partie des interventions. «Le deuxième forum devrait déboucher vers davantage d’action», selon le coordinateur de Connect Missions.
Le forum va-t-il se pérenniser? «Nous verrons à l’issue de cette deuxième édition si le besoin se fait sentir, si des thématiques émergent. Cela sera également possible si nous avons les ressources humaines pour proposer un troisième rendez-vous d’ici trois ans environ.»

David Métreau

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°