A quoi ressemble un chrétien de 30 ans?

image: A quoi ressemble un chrétien de 30 ans?
© DR

Béni, Priscilla et Josué sont nés en 1989. Aujourd’hui, ils nourrissent une foi chrétienne qui tient une grande place dans leur quotidien. Portraits. Photo: Béni, Priscilla et Josué ont deux points en commun: ils ont trente ans et aiment Jésus.

Il nourrit sa foi sur internet
Béni Ntawuruhunga est arrivé en Suisse en raison du génocide du Rwanda. Sa famille a pu fuir la guerre civile, non sans perdre une partie de ses proches. Désormais ingénieur du son, le trentenaire explique que pour lui, être chrétien, cela signifie «accepter que Jésus est mort pour mes péchés et qu’il est ressuscité pour me pardonner». Cette réalité, il l’a intégrée depuis la période du catéchisme.
Béni Ntawuruhunga fréquente une Eglise. Il y trouve des gens avec qui il peut échanger sur les questions de foi et trouver un encouragement mutuel. C’est en revanche surtout en écoutant des prédications sur YouTube et de la musique de louange qu’il nourrit sa foi. La foi, il en parle seulement si ses interlocuteurs le branchent sur le sujet. Et bien sûr, cela se produit aussi en raison des choix de vie que sa foi a entraînés, «mes attitudes, mes valeurs, ma vie de couple, mes choix professionnels notamment». (CW)

A contre-courant
Priscilla Delbecque vit près de Grenoble. Pour elle, être chrétienne aujourd’hui signifie d’abord «être une lumière dans un monde où il est parfois difficile de voir clair», et «partager la bonne nouvelle de Christ» à son entourage, voisins, amis, qui ne savent plus du tout qui est Jésus.
C’est aussi, «assumer des choix de vie qui détonnent et nager à contre-courant». La jeune femme l’affirme; aller à l’Eglise compte beaucoup pour elle. «Je la considère comme ma famille.» Priscilla Delbecque cherche au maximum à nourrir sa foi par elle-même, avec sa «bonne vieille Bible», ses stylos et son café. Dotée d’un contact très facile, la mère de trois enfants se fait des amis à qui elle aime témoigner de sa foi. Elle les invite à des événements de son Eglise et les oriente vers des parcours de découverte de la foi.
La foi a changé les priorités de sa vie. «Quand on met Dieu aux commandes, il faut s’attendre à des surprises», confie celle qui aura trente ans en juin. Avec son mari, ils ont notamment mis leurs carrières respectives en pause pour aller se former pendant un an à l’Institut Biblique de Genève.

Seul dans la présence de Dieu
Originaire d’Alsace, Josué Wirtz vit dans la Drôme depuis peu. Pour cet élagueur, être chrétien c’est «de manière évidente» suivre l’exemple du Christ, avec parfois un style de vie différent de la pensée dominante.
Dans sa vie de foi, le jeune trentenaire apprécie tout d’abord les temps de prière, seul «dans la présence de Dieu, à son écoute», dans la nature ou dans sa chambre. Ensuite viennent les échanges avec des amis chrétiens, la réflexion autour de la parole et de sa lecture, «plus en qualité qu’en quantité».
Enfin, internet est un moyen pour lui de trouver des vidéos d’enseignement et de louange. Pour Josué Wirtz, le culte du dimanche reste important, car il symbolise un engagement, mais ce passionné d’escalade regrette que la vie d’Eglise soit parfois figée sur le dimanche. Le jeune homme en est certain: «Sans ma foi, je ne serais pas la personne que je suis aujourd’hui.» En témoigner lui est nécessaire: «Ce que j’ai vécu est tellement fort que je suis obligé de le partager.»

David Métreau

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°