Pas la même notion du mot vacances!

image: Pas la même notion du mot vacances!
© iStockphoto

Pour bien préparer vos vacances 2019, la rédaction vous propose une série d’articles ainsi qu’une sélection de plus de 1600 séjours protestants, à découvrir dans ce supplément et sur Vacances-chrétiennes.com.

Pendant ses vacances Anne apprécie de passer du temps seule à lire, ou à se reposer. Michael, son époux, préfère les sorties culturelles et les randonnées. Il a besoin de bouger pour ne pas s’ennuyer et se sentir pleinement en congé. Pour leur fille Nina, douze ans, les vacances riment avec sport, baignade et promenades à vélo, tandis que son frère Théo, quatorze ans, aime passer du temps avec des jeunes de son âge. Comment satisfaire tout le monde et gérer ces besoins différents au sein d’une même famille?
«A l’approche des vacances, les membres d’une famille doivent apprendre à concilier, et à gérer certaines priorités. Si par exemple, quatre enfants, surtout à l’approche de l’adolescence, ne veulent pas faire uniquement des visites culturelles, ce sera difficile de les contraindre.»
Bernard Gisquet, pasteur et coordinateur des séjours d’Agapé Village, parle d’expérience. «Nous ne pouvons pas passer toutes nos vacances toujours ensemble en famille. Pour la paix des ménages et pour des questions de bon sens, il faut savoir se séparer dans la journée.»

Difficilement prévisible
Ainsi le temps d’un après-midi, Anne peut terminer son roman policier, Michael visiter les ruines de la citadelle de la bourgade voisine accompagné de Nina, quand Théo discute avec les amis qu’il vient de se faire dans le village de vacances. Si les parents, en fonction de leurs habitudes et de leur caractère, peuvent parfois anticiper des mois à l’avance les activités qu’ils feront en vacances, ce n’est souvent pas le cas des enfants avant seize ans, qui «vivent l’instant présent», estime Bernard Gisquet.
Le pasteur rappelle une évidence parfois oubliée: «En vacances, les éléments déterminant leur réussite et les activités qui seront réalisées sont d’abord la météo et l’humeur de la famille sur le moment.» D’autres éléments à prendre en compte selon lui: les aspects logistiques et financiers. Les activités à forte valeur ajoutée sont plus onéreuses. La balade à poney coûte plus cher que la randonnée, ou encore la sortie canoë par rapport à une baignade en rivière. «Pour les enfants en dessous d’un certain âge, la notion d’argent n’existe pas. Lorsqu’ils deviennent adolescents, ils peuvent être plus difficiles dans le choix des activités et orientent les parents vers des propositions coûteuses», observe le coordinateur des séjours d’Agapé Village.

Trouver un équilibre
«L’enjeu, c’est de trouver des alternatives qui satisfassent tout le monde et essayer de vivre des vacances sans que cela ne soit une cause de frustration», encourage Bernard Gisquet. Là encore, une discussion familiale peut permettre de déminer d’éventuelles incompréhensions.
«Non, la sortie en montgolfière, c’est beaucoup trop cher, mais si vous voulez dompter le vertige et avoir des sensations fortes, nous pouvons faire un après-midi d’escalade», pourraient ainsi arbitrer Anne et Michael face aux demandes de leurs enfants.
Et si une année, le programme était plus adapté à l’un des membres de la famille, rien n’empêche que l’année suivante - ou lors des vacances suivantes - ce soient les aspirations premières d’un autre membre qui soient satisfaites. L’essentiel étant que chacun finisse par trouver son compte.

David Métreau

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°