Louange à temps plein depuis trente ans

image: Louange à temps plein depuis trente ans
© DR

Sylvain Freymond est engagé pour les éditions JEM depuis trente ans. Dévoué à une adoration passionnée, il a vu Dieu agir. Portrait.

Il se voyait footballeur, il est devenu une voix de la louange francophone et le compositeur de nombreux chants repris dans nos Eglises. Pour Sylvain Freymond, 2019 marque sa trentième année d’engagement avec Jeunesse en Mission.
Au cours de ces trois décennies, le musicien suisse a vu Dieu agir dans sa vie de manière variée: «Il a pourvu à tous nos besoins financiers d’une façon miraculeuse et extraordinaire. Il nous a gardés de bien des accidents et problèmes. Il nous a délivrés de nombreuses puissances mauvaises qui voulaient nous arrêter», affirme-t-il, ajoutant que Dieu a déposé sa faveur sur plusieurs publics et lieux où il a été invité, avec son équipe, à contribuer par la louange, la prière ou l’enseignement.

Dieu reste le même
Ce que Sylvain Freymond a appris sur Dieu au fil des années? «Qu’il est toujours bon, digne de louange et qu’il ne change pas, même si nous changeons et que les circonstances changent.» Sur lui-même, il a découvert ses dons, non seulement dans la musique mais aussi l’organisation, l’édition et la direction; également à faire toujours plus confiance. Mais être missionnaire a aussi impliqué des renoncements: «J’ai appris à renoncer à moi-même, à mettre de côté mes ambitions pour servir le Royaume de Dieu», confie-t-il. Son engagement sur la durée, le musicien dit le devoir en premier lieu à la fidélité de Dieu, qui ne l’a jamais laissé tomber. Mais le soutien et l’engagement infaillibles de son épouse ont aussi été essentiels, ainsi que la prière régulière de nombreux amis et le conseil spirituel de «pères» dans la foi.

Un but plus élevé
C’est à seize ans que Sylvain Freymond se convertit, au contact du groupe Interjeunes à Yverdon: «J’avais une certaine notion de base de la foi suite à mon catéchisme, mais la rencontre avec des jeunes remplis de l’Esprit ayant une foi et une louange vivantes m’a donné envie de suivre Jésus.» Rapidement, il comprend la nécessité de mettre sa foi en action, d’abord dans son groupe de jeunes, puis dans l’Eglise locale. A dix-huit ans, par une parole donnée par un orateur, il reçoit un appel à servir Dieu à plein temps, appel qui sera confirmé par des amis d’Interjeunes et des responsables spirituels. Mais c’est aussi l’exemple de plusieurs personnes motivées impliquées dans Jeunesse en Mission qui l’amène à s’engager aux côtés de cette organisation.
Des soirées de louange avec des centaines de participants aux grands rassemblements comme le Jour du Christ en passant par les rencontres avec des hommes et femmes d’Etat en Afrique, Sylvain Freymond a tant de souvenirs marquants qu’il pourrait écrire un livre. Et celui qui se voyait footballeur de conclure qu’au lieu de jouer devant des foules dans des stades, c’était encore bien mieux: «Je n’ai pas marqué des buts, mais j’ai vécu pour un but bien plus élevé.»

Sandrine Roulet

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°