Il était une foi... Repentance sur son lit de mort

image: Il était une foi... Repentance sur son lit de mort
© DR
Chrétienne, Anne (prénom fictif) travaille dans un centre de soins médicaux. Elle sait qu’un patient a déjà interpellé ses collègues pour qu’ils abrègent ses souffrances. Et un jour, c’est à elle qu’il s’adresse: «Aidez-moi à mourir». Bien que surchargée, Anne ne veut pas éluder le problème. Elle répond avec tact qu’elle ne peut accéder à son souhait mais connaît celui qui peut l’aider: le Dieu de la Bible qui entend le malheureux crier et le délivre de toutes ses détresses. L’homme veut qu’Anne lui écrive cette assurance sur un papier. Celle-ci promet au patient de lui apporter une Bible, en lui demandant s’il est «sauvé». Il n’en sait rien. Elle ajoute: «Peut-être que Dieu n’a pas permis votre mort parce que vous n’étiez pas prêt?» La discussion se poursuit sur la prière puis sur la repentance. En témoignant de cette histoire, Anne raconte qu’elle est émue car l’homme manifeste la foi d’un enfant qui croit sans demander de preuves.
Un changement d’emploi du temps et d’horaire empêche ensuite Anne de revoir ce patient. Le soir, quand elle regarde dans sa chambre, il est déjà endormi; c’est ce qu’elle lui explique lors d’une rencontre fortuite dans un couloir. Cependant, chez elle, Anne prie pour lui. Jusqu’au jour où, après un court congé, elle apprend qu’il est décédé. Touchée et troublée, elle demande à Dieu de lui indiquer si cet homme est sauvé. Et Dieu répond. En pénétrant dans la salle des infirmières, Anne lit ce qu’un médecin a inscrit sur un tableau: «Ne soyez pas tristes du décès de M. X, il est mort transformé, heureux et sans souffrir.» Dans ce lieu, jamais praticien n’avait rédigé tel constat auparavant. Et cela n’est plus jamais arrivé!

Michel Beghin

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°