Dernière récréation: Dieu a le dernier mot (9)

Marie Theulot, auteure notamment de Le plongeon interdit (éd.Ourania) et Quais d’exil (éd. Ourania) vous propose la nouvelle Dernière récréation.

- On va faire un clip pour la fête de fin d’année sur «Le mambo de la météo», propose Clémence.
D’un seul corps, ça gesticule. D’une seule voix, ça s’époumone et le refrain se reprend en chœur «on n’sait plus s’il fait froid, on n’sait plus s’il fait chaud, et si tu dois sortir, avant de t’habiller, mets donc le nez dehors».
- Vous pourrez vous déguiser dans les quatre saisons. Vous êtes vingt-huit donc sept personnes en chaque saison, précise Clémence, aussi enthousiaste que ses élèves.
- Pour nous deux, ça sera en été, proclame Tiffany, en serrant bien fort la main de Marlène. On mettra nos maillots de bain et on se maquillera.
- Pour éviter les disputes, on tirera au sort.
Clémence avait anticipé le choix des petites lolitas. C’est ainsi qu’elle et ses collègues appellent ces petites filles d’à peine neuf ans projetées avant l’heure, avec le concours impensable des «mères copines», dans le monde codé des ados. Elles en ont le look et les discussions. Plus inquiétant encore, leur attitude en récréation; selon un rituel bien rôdé, après un court conciliabule, Tiffany et Marlène entament des allées et venues pour minauder auprès des «grands».
- Du gibier à pédophile! Vos petites gamines, elles n’ont malheureusement pas conscience du danger qu’elles courent, avait lâché l’éducateur sportif de l’école en constatant leur manège.
Clémence veut les protéger, ses petites gamines. Et, hasard pour les uns, providence pour les autres, elle compte bien sur le tirage au sort pour construire autour d’elles un premier rempart contre la convoitise des yeux, inévitable un jour de grande affluence comme celui de la fête de l’école.
A la mine déconfite des lolitas, aucun doute sur les résultats.
- Dégoûtée! hurle en colère Tiffany.
- Oh la galère! On va crever de chaud! rajoute Marlène, on est tombées sur l’hiver!
- Et moi sur l’été! exulte Raphaël, d’ordinaire très réservé. Je prendrai mon surf. Eh, les filles, pensez à amener des lunettes de ski. C’est rigolo, on ne vous reconnaîtra pas.
Clémence exulte, elle aussi, mais en silence. La lecture le matin même du verset «L’homme fait des projets mais celui qui a le dernier mot, c’est l’Eternel» (Prov. 16, 1) l’avait mise en confiance pour que son désir profond de protéger les fillettes inconscientes du danger s’accomplisse. Mission accomplie!

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°