Le CNEF propose une vision biblique des thèmes bioéthiques actuels

image: Le CNEF propose une vision biblique des thèmes bioéthiques actuels
© iStockphoto

Comment interpréter les diverses attaques perpétrées contre les églises évangéliques et surtout, quelle réponse donner? Le point.

«Le monde que nous voulons pour demain», tel est le titre de la brochure sur les questions de bioéthique que vient d’éditer le Conseil national des évangéliques de France (CNEF). Elle reprend le titre des Etats généraux de la bioéthique qui s’étaient tenus en France en 2018, en prévision d’une nouvelle législation sur le sujet, et présente une réflexion biblique sur les questions débattues. Le livret, d’une vingtaine de pages, a été préparé de manière collégiale à l’initiative du CNEF par Franck Meyer, président du Comité protestant pour la dignité humaine (CPDH), les théologiens Luc Olekhnovitch et Louis Schweitzer du comité d’Ethique Protestant Evangélique et le pasteur Etienne Lhermenault, président du CNEF.
Parmi les sujets, on retrouve des préoccupations anciennes des évangéliques comme l’avortement, l’eugénisme avec le diagnostic préimplantatoire qui menace les bébés trisomiques, et des sujets brûlants comme la légalisation de la Gestation pour autrui ou de la Procréation médicalement assistée sans père (la manipulation des gamètes pour raisons médicale est acceptée, l’intrusion dans le couple via le don de sperme ne l’est pas). Le livret met aussi en garde contre le don d’organes par défaut sans consentement explicite et les dérives possibles de l’intelligence artificielle. Pour Etienne Lhermenault, les chrétiens doivent s’y intéresser car «l’un des combats qu’auront à mener les croyants, c’est que l’intelligence artificielle ne menace pas à terme les libertés individuelles dont celle de la conscience et du culte».
La brochure doit alimenter la réflexion des chrétiens, qui sont appelés à développer la pensée évangélique sur ce thème, encore embryonnaire. Elle est aussi destinée aux médias et élus, qui ont salué la qualité de la présentation, selon Thierry Le Gall, du Service pastoral auprès des parlementaires. Contre les idéologies qui semblent dominantes, «nous voulons rappeler que l’homme et la femme n’ont pas vocation à être chosifiés et qu’il y a dans les accents de liberté qui accompagnent cette évolution une idéologie mortifère qui met en péril l’avenir de l’humanité», plaide Etienne Lhermenault: «Oser l’affirmer, c’est déjà témoigner et préparer le chemin pour l’annonce de l’Evangile.»

Célia Evenson

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°