Au service des personnes en situation de handicap

image: Au service des personnes en situation de handicap
© DR

Alain Nussbaumer est le directeur d’un centre accueillant notamment des personnes en situation de handicap, qu’il affectionne particulièrement. Portrait.

Dès son arrivée au centre du Rimlishof (Alsace) en 1995, Alain Nussbaumer a eu le souhait d’accueillir les personnes en situation de handicap. En 2012, un vrai projet a abouti. Tout en gardant la mission d’origine de l’établissement (les camps de la LLB France), tout a été fait pour améliorer, qualifier et professionnaliser l’accueil de chacun avec ses différences: organisation de séjours adaptés aux personnes en situation de handicap, aux proches aidants, trois places de la mini-crèche réservées aux petits présentant une déficience, etc. «Nous faisons tout pour favoriser l’accès aux vacances pour les enfants et jeunes en situation de handicap dans les séjours de la LLB», développe Alain Nussbaumer. Pour le directeur de cinquante-quatre ans, voir des personnes dites valides rencontrer des personnes dites handicapées, les discussions, les questionnements, les fous rires, les nouvelles amitiés, tout ça n’est que du bonheur.

Les petits, ce sont aussi ces personnes-là
Mais d’où lui vient cette sensibilité particulière? A dix-sept ans, lors de son premier camp en tant qu’animateur-stagiaire, Alain Nussbaumer reçoit dans son groupe un jeune en situation de handicap: «Sa maman l’avait déposé sans nous expliquer sa situation de peur que nous ne l’acceptions pas», se souvient-il.
Après des études dans l’électronique et la théologie, il passe ses deux années d’objecteur de conscience dans une institution protestante pour déficients auditifs. Ayant repris des études d’éducateur spécialisé, il travaille ensuite six ans au Centre Louis Braille de Strasbourg. «J’ai toujours eu en moi l’envie d’aider les plus faibles, les rejetés», confie Alain Nussbaumer. Avant d’ajouter que le verset biblique «chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces petits, c’est à moi que vous l’avez fait» (Mat. 25, 40) l’a toujours touché. «Pour moi, ces petits sont aussi les personnes en situation de handicap, si souvent peu considérées par la société», note-t-il. «Aider les personnes en situation de handicap à connaître Dieu, les accompagner à bien vivre l’Eglise, adapter nos enseignements, notre matériel, nos locaux, reste un énorme défi pour les chrétiens.»

Clin d’œil divin
Une anecdote en particulier a marqué Alain Nussbaumer. Deux jours après le décès de son papa et en pleine préparation de la Nuit du handicap, il entend quelqu’un l’appeler et reconnaît Anne: «Quand elle m’a appelé, je me souvenais encore du téléphone désespéré de sa maman des années auparavant, qui ne trouvait pas de place de colonie pour sa fille de dix ans porteuse d’un handicap. Elle avait finalement été tellement heureuse de participer au séjour en chansons. A chaque spectacle, elle faisait un magnifique solo de danse, totalement improvisé.» Revoir Anne vingt-sept ans après, toujours souriante, a été pour le directeur une divine surprise, un clin d’œil de Dieu au milieu de ses questionnements et de sa tempête.

Sandrine Roulet

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°