Il était une foi... Un cadeau tombé du ciel

image: Il était une foi... Un cadeau tombé du ciel
© iStockphoto
En cette fin de 20e siècle, le pasteur Andrès Noriega (pseudonyme) connait la difficulté d’être chrétien dans le Cuba de Fidel Castro. Plusieurs fois, on lui a refusé l’autorisation de voyager à l’étranger. A présent invité à assister à un congrès chrétien dans un pays dit «libre», il prépare son départ avec foi. Andrès note même ce qu’il veut absolument ramener, et, avant tout, un lot de Bibles, deux tambourins pour le groupe de louange et quatre micros pour son Eglise.

Hélas, cette fois encore, les autorités lui interdisent de quitter l’île. Le pasteur est découragé. Mais trois jours plus tard, un visiteur vient le trouver. Citoyen du pays où se tient le congrès, il est arrivé à Cuba la veille pour un voyage d’affaires. Et il explique: «J’étais allé faire des achats et, ayant compris que je venais ici, un homme m’a demandé d’apporter des cadeaux à un pasteur qui avait beaucoup de besoins pour son Eglise. J’ai accepté. Vous êtes ce pasteur. Voici les cadeaux.»

L’homme d’affaires remet donc à Andrès tout ce qu’il a apporté. Entre autres, des Bibles, des tambourins et des micros! Un miracle parmi d’autres pour le pasteur Noriega qui a aussi connu le désespoir, à la naissance de son troisième enfant. Avec une faible espérance de vie, le bébé passait chaque journée comme une longue souffrance. Andrés et son épouse ont pleuré et intercédé. En vain jusqu’à ce qu’au bout de dix-huit jours, ils reconnaissent qu’ils étaient plus égoïstes que soumis à la volonté de Dieu. Une paix les envahit alors. Le combat spirituel gagné, ils se sentaient prêts à accepter la mort de leur enfant. La nuit suivante, le bébé reprit vie, miraculeusement et définitivement guéri.

Michel Beghin

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°