La maman, pilier principal de la foi

image: La maman, pilier principal de la foi
© iStockphoto

La mère constitue la pièce maîtresse de la transmission de la foi en famille, selon une étude. Pour quels enjeux?

Le rôle des mamans dans le développement spirituel des ados a été récemment confirmé. Selon une étude menée par l’Institut Barna auprès de plus de 2300 personnes, la maman est le membre de la famille et de l’entourage proche qui influence le plus les treize à dix-sept ans. C’est vrai dans tous les domaines, sauf dans les relations par SMS/Whatsapp et le sport, où les amis comptent davantage.

Le rôle ayant le plus d’influence
Sur le plan spirituel, la maman est la personne avec laquelle l’enfant et l’ado priera le plus (dans 63% des cas), avec laquelle il parlera le plus volontiers de Dieu (70%), de la Bible (71%) ou des questions de foi (72%). Ce sont également les mamans qui vont le plus encourager les enfants à participer aux activités d’Eglise (79%), qui enseigneront le plus la foi à leur enfant et le pardon (66%) ainsi que les traditions religieuses (72%). En 2007, l’étude de grande ampleur du Suisse Christian Zwicky avait révélé des chiffres similaires à ceux de la récente étude américaine. A l’époque, la maman jouait déjà un rôle-clé dans la conversion d’un enfant, pour 85% des garçons et des filles. Le père a été décisif pour respectivement 71% et 69% des garçons et des filles. Aux Etats-Unis, en 2019, la maman a influencé la conversion de 68% des adolescents. Suivent le père (46%), un grand-parent (37%), une personne extérieure à la famille (16%) et un ami (14%).
Pour expliquer ces chiffres, Joële et Guy Zeller, membres de la direction internationale des Fabricants de Joie, affirment que «même si les mentalités évoluent, l’homme et la femme tiennent leur rôle. La femme passe plus de temps avec ses enfants. Elle est plus à l’écoute de ses émotions et de celles de ses proches, et se montre plus intuitive.» Tous deux jugent cependant qu’une prise de conscience du père et une formation peuvent l’amener à prendre une place plus importante dans la transmission de la foi. Ce n’est donc pas une fatalité.

Une dynamique familiale
Autre sujet exploré par l’étude de Barna, le rôle d’une famille chrétienne dans la conversion. Dans 59% des cas, le croyant affirme qu’un membre de la famille «lui a transmis la foi». Dans 15% des cas, ce n’est pas la famille chrétienne qui a influencé la conversion. Et 23% des personnes interrogées indiquent que l’exemple de foi de la famille ne les a pas convaincus. Mais celui-ci ne les a pas pour autant empêchés d’embrasser la foi chrétienne. L’étude récente fourmille d’indicateurs passionnants. Ainsi, on apprend que si six familles chrétiennes sur dix vivent l’hospitalité, elles sont aussi celles dans lesquelles la foi va le plus facilement se transmettre à la génération suivante. Dans ce type de famille, on parle plus volontiers et souvent de foi ensemble ou avec les hôtes.
D’ailleurs, dans les familles pratiquantes, ce qui entraîne le plus une dynamique familiale positive, c’est d’abord lorsqu’un membre de la famille parle de sa foi, qu’il enseigne un passage biblique, qu’il montre un exemple de foi ou qu’il encourage les autres à aller à l’Eglise. Fait étonnant, les activités récréatives sont citées moins souvent. A noter encore que les familles nucléaires (avec au moins un enfant mineur à la maison) vivent la foi de façon plus intensive et approfondie que les couples et les foyers mono-parentaux.

Restons ou devenons intentionnels
L’allongement de l’espérance de vie donne aux grands-parents une influence croissante dans la vie des enfants. Ainsi, ils figurent sans exception dans le trio de tête des influenceurs, que ce soit dans les discussions sur les questions de foi, dans l’enseignement biblique, sur la prière et en tant que modèle qui peut inspirer les enfants. La foi resterait-elle donc une affaire de famille? Ce qui est sûr, c’est que l’intentionnalité des parents et grands-parents favorisera clairement la génération suivante.

Christian Willi

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°