Lifestyle chrétien, quand la mode encourage la foi

image: Lifestyle chrétien, quand la mode encourage la foi
© iStockphoto

Un bracelet en chasse un autre

Comme dans le milieu séculier, les chrétiens n’échappent pas aux modes et à leur déclin. Très vendu il y a quelques années à peine, les bracelets en tissu ou en perles QFJAMP (Que ferait Jésus à ma place?) et son vis-à-vis anglophone WWJD (What would Jesus do?) ne semblent plus faire recette. «Je constate que les ventes s’essoufflent», indique Margot Dimitrov, de la librairie protestante 7ici à Paris. «Ce qui marche aujourd’hui, c’est plutôt le bracelet “Quatre points”», indique Aurore Dapoigny, responsable de la librairie chrétienne Le Cep à Lausanne. Ce bracelet en silicone doté de quatre pictogrammes a été conçu pour partager l’Evangile de façon simple et rapide. Autre succès sur le poignet, le bracelet «Merci d’exister».
Si on en voit moins sur les parkings des églises, l’autocollant en forme de poisson ou Ichtus - symbole utilisé par les premiers chrétiens - continue à bien se vendre, assurent les libraires. «C’est quand nous avons été en rupture de stock que nous nous sommes rendu compte qu’il y avait une vraie demande sur ce produit», indique une vendeuse de la librairie CLC Paris. En effet, chaque mode a ses indémodables.

David Métreau

Qu’il s’agisse des choix du chrétien, de ses goûts, de ses tenues ou ses opinions, tout est une question de lifestyle. Life quoi? Analyse.

Cosmopolitan, Vogue mais aussi Le Temps ou Le Figaro, qu’elles traitent de mode ou soient généralistes, toutes ces revues ont désormais une rubrique intitulée lifestyle. Le concept est à la mode et, depuis quelques temps maintenant, on voit apparaître, notamment sur internet, l’expression «lifestyle chrétien». Que faut-il entendre par là?

Plus que des objets
Quand on évoque le lifestyle chrétien, c’est assez instinctivement que l’on pense à des produits du quotidien (bracelet, coussin, etc.) mettant en avant la foi en Jésus. Si elle n’est pas fausse, cette compréhension de la notion serait apparemment réductrice. Judith, créatrice du site internet Chrétiens Lifestyle, rassemblant plus de 255 000 personnes sur sa page Facebook, s’érige justement contre cette idée reçue. Pour elle, «le lifestyle chrétien, ce n’est pas juste avoir un pull où il est marqué Jésus dessus ou une tasse avec un verset. Mais c’est adopter une façon de vivre, un comportement.»
Pascal Portoukalian est directeur de la boutique en ligne Paul et Sephora, qui a adopté depuis septembre 2015 le slogan «Musique et lifestyle chrétien». De par la dimension commerciale de son activité, il participe à cette mise en avant de l’aspect produit dans la façon dont le concept peut être perçu. Néanmoins, il partage lui aussi cette compréhension plus large de la notion. Il explique ainsi qu’«il ne faut pas limiter le lifestyle chrétien à sa dimension de produit. Elle en fait partie mais il s’agit d’abord de valeurs et d’attitudes.»

Tentative de définition
Suite à ce premier recadrage et si le terme anglophone de lifestyle est assez communément traduit par «art de vivre» ou «style de vie», comment peut-on essayer de définir le concept de lifestyle chrétien? Parmi les principales personnes à avoir popularisé l’expression en francophonie, Judith adopte une approche qui se veut très large. Pour elle, il s’agit de «l’ensemble des domaines de la vie quotidienne abordés d’un point de vue chrétien». A partir de là, tout croyant est concerné par le lifestyle chrétien, quand bien même il n’en adopterait pas l’expression.
Pasteur, Guillaume Bourin est relativement actif sur les réseaux sociaux. Il a le sentiment que «le terme a évolué par rapport à sa signification initiale» et qu’«il est devenu un peu fourre-tout».

Un concept millénaire
Si la terminologie est récente, la réalité qui est derrière est bien plus ancienne. Finalement, le lifestyle chrétien correspond assez simplement au fait d’adopter un comportement qui reflète les valeurs de l’Evangile. Dès lors, on peut se demander s’il valait bien la peine de recourir à une nouvelle expression pour qualifier quelque chose d’inhérent à la foi chrétienne. Pascal Portoukalian reconnaît qu’il s’agit de surfer sur «un mot qui est à la mode et qui sera vraisemblablement désuet dans quelques années». Néanmoins, il pense que cela ne discrédite pas pour autant la formule et qu’elle a une réelle pertinence.
Pour le directeur de Paul et Sephora, l’expression est en quelque sorte le reflet de son temps. «Ces dernières années, les chrétiens ont redécouvert qu’il fallait sortir des murs de l’église et du vocabulaire de type patois de Canaan pour arriver à mieux atteindre leurs contemporains. Le terme ne fait finalement qu’accompagner cette prise de conscience.»
De son côté, Judith estime que le recours au concept de lifestyle chrétien est d’autant plus pertinent qu’elle a le sentiment que les valeurs de la société s’éloignent de plus en plus des valeurs chrétiennes. «Aujourd’hui, le besoin de se démarquer est essentiel», explique-t-elle.

--PAGE--

Des chrétiens uniformes?
Dans quels domaines et jusqu’à quel point les chrétiens doivent-ils se démarquer? Judith reconnaît que «la limite est fine» et que les prises de position de son équipe de rédaction ne font pas toujours l’unanimité chez les évangéliques.
Le concept de lifestyle chrétien peut ainsi être une véritable source d’encouragement, que ce soit en matière d’édification ou d’évangélisation, mais il soulève aussi des questions complexes. S’il reconnaît qu’il arrive qu’un chrétien doive se distinguer de ses contemporains, Guillaume Bourin rappelle néanmoins - en paraphrasant Jean 13, 35 - que c’est surtout par l’amour qu’ils auront les uns pour les autres que les disciples rendront témoignage, et non en s’habillant ou mangeant différemment.
Le théologien sait toutefois reconnaître le positif que peut apporter ce type d’initiative mais attire l’attention sur le danger d’«une forme d’uniformisation qui n’est pas nécessairement propice à l’expression de notre pluralité en tant qu’évangélique».

Approche discutée
S’il peut avoir des effets bénéfiques en encourageant les chrétiens à vivre en adéquation avec l’enseignement des Ecritures, force est de constater que le concept de lifestyle chrétien a aussi des limites. La mise en avant de marqueurs culturels peut conduire, comme l’explique Pascal Portoukalian, à «un glissement vers une expression de la foi qui soit seulement sociologique». Il est alors important de bien rappeler que «tout changement extérieur n’a de sens que s’il est précédé d’une transformation intérieure».
Les sujets concernés par la thématique lifestyle peuvent aussi parfois faire l’objet d’une compréhension différente parmi les croyants. Le site Chrétiens Lifestyle assume par exemple être un défenseur de ce qu’il appelle la «mode pudique». «Nous allons être opposés à tout ce qui est vêtements moulants, courts ou décolletés», explique Judith.
Observateur de ce phénomène, Guillaume Bourin regrette que «ce type de site finisse sur certains sujets par imposer des codes qui vont au-delà de ce sur quoi la Bible se prononce». Partant de là, quel est votre lifestyle chrétien?

Nicolas Fouquet

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°