Kingdom Festival: peu nombreux mais enthousiastes

image: Kingdom Festival: peu nombreux mais enthousiastes
© DR

Les participants du festival ont pu vivre l’unité entre chrétiens et mettre en pratique les enseignements. Photo: Les 1300 participants du dimanche matin ont élaboré un filet géant symbole de la moisson à venir.

«Cette semaine m’a beaucoup apporté. J’ai apprécié la simplicité de la foi de Matthias Kuhn et l’atelier auquel j’ai participé était fantastique.» C’est avec son fils de dix ans que Fatiha a participé au Kingdom Festival, du 6 au 10 juillet. Elle a bénéficié des réunions plénières, pendant que son fils participait au programme destiné aux enfants (entre 40 et 180 par jour). Pour cette Genevoise, un des moments forts a été «la journée action» du mardi, destinée à mettre en pratique les enseignements des cinq orateurs.

De belles expériences dans les rues
Dans les rues de Bulle, Fatiha a eu l’occasion de prier pour des étrangers en situation difficile. A un couple âgé, elle a témoigné de l’amour de Jésus et les a encouragé à lire la Bible. Tous ont été vivement émus.
A la fois exposante et participante, Cécile a aussi expérimenté «qu’aller à la rencontre des autres n’est pas si difficile et que Jésus peut nous guider de manière précise et surprenante». Bien que novice en la matière, son petit groupe a tenté «une chasse aux trésors». Ils ont prié pour que Dieu leur donne des indices pour trouver les personnes qu’il désirait mettre sur leur route. «Nous avions reçu à plusieurs les indices suivants: labyrinthe, pont et T-shirt avec un dessin sombre. Nous avons marché totalement au hasard et nous nous sommes retrouvés au milieu d’un labyrinthe pour enfants, à côté d’un pont et nez à nez avec une jeune fille au T-shirt noir avec un symbole sombre». Une chouette discussion avec elle s’en est suivie. Une expérience magnifique pour Cécile.

Vivre un style missionnel
Ce ne sont là que deux exemples parmi d’autres vécus par les participants de cette deuxième édition du Kingdom Festival, dont le thème se déclinait en cinq verbes: «Unis-inspirés-équipés-entraînés-envoyés» pour la moisson. «Ce qui s’est dessiné au fil des plénières, c’est cette invitation forte que nous sommes tous qualifiés et appelés à entrer dans la moisson, en Suisse et ailleurs. Le style de vie missionnel proposé par Jésus a été entendu et essayé, et les résultats sont époustouflants: plusieurs conversions, des dizaines d’occasions de prier dans les rues et des centaines de discussions pour attirer l’attention sur Dieu», détaille Vincent Chellinbrom, du comité d’organisation.

L’Unité au rendez-vous mais une affluence décevante
L’autre élément marquant de ce festival était l’unité entre catholiques, réformés et évangéliques.
«Le dimanche lors du culte inter-Eglises et le mardi soir au concert de Glorious, c’était fabuleux de louer Dieu tous ensemble», se réjouit Vincent Chellinbrom. Malgré tout, l’affluence escomptée sur cinq jours (6000 personnes) n’a pas été au rendez-vous. Au final, seules 4000 entrées ont été enregistrées, entraînant un déficit financier à cinq chiffres. Pour le comité de pilotage, difficile d’expliquer cette baisse par rapport à l’édition 2015. Le concept d’entrée à la carte? Le thème trop défiant? Ou un mauvais timing au début des vacances? Loin de se décourager, le comité envisage une troisième édition en 2023 avec une formule revue: «Nous avons peut-être roulé avec une BMV alors qu’au vu de l’espace occupé, une Golf aurait suffi».

Sandrine Roulet

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°