Il était une foi...

image: Il était une foi...
© iStockphoto
Plus vaste Etat de l’Inde, le Rajasthan est aussi l’un des bastions du nationalisme hindou. Parmi les plus radicaux, Rahul est le fils d’un influent prêtre local. Cet homme à la stature imposante se rend un matin chez un couple pastoral. Tel un Goliath des temps modernes, Rahul défie le pasteur Paul: «Ma femme se meurt, rien n’a marché pour la guérir, mais toi, tu prétends que ton dieu guérit, alors tu as sept jours pour prier et montrer que c’est vrai, sinon je reviendrai pour en finir avec toi». Un peu effrayé, le pasteur Paul intercède et jeûne pour la malade, avec sa communauté, pendant toute la semaine. Le jour prévu, Rahul revient. Avec son épouse guérie. Tous deux tombent à genoux. «Je veux servir ton Dieu, le vrai Dieu», déclare le colosse.
Le pasteur Paul l’envoie dans une autre région. Il se forme au ministère. Dans le village, ses anciens amis extrémistes enragent: ils incendient la maison de Rahul, obligeant sa femme et ses enfants à se réfugier ailleurs. Rahul n’en poursuit pas moins sa formation et décide de revenir chez lui avec sa famille: «La perspective de la Croix n’a pas arrêté Jésus, alors les menaces ne m’arrêteront pas», explique-t-il. De fait, il rebâtit une maison puis parvient à rassembler un groupe d’une trentaine de croyants.
Mais la femme de Rahul meurt soudainement, peut-être empoisonnée. Pourtant l’ancien hindouiste fanatique reste ferme dans sa foi. Il sait, comme l’apôtre Paul, que rien ne le séparera de l’amour de Dieu. Et il s’attache à sa vision d’implanter une Eglise dans chaque village de cette partie du Rajasthan. Malgré les menaces et les risques.

Michel Beghin

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°