L’accueil particulier des enfants aux besoins particuliers

image: L’accueil particulier des enfants aux besoins particuliers
© iStockphoto

Supplément: Eglises et handicap

Plus que toute autre famille, celle dont l’un des enfants est en situation de handicap a besoin de l’acceptation et du soutien de sa communauté de foi. Comment favoriser l’accueil de ces enfants aux besoins particuliers?

Le projet de Dieu dans l’enfant handicapé
«J’aurais besoin que l’Eglise voie notre enfant comme un dessein de Dieu. Qu’elle se réjouisse des projets qu’il a formés sur notre famille en nous confiant ce petit bonhomme, car pour notre part, nous sommes dans la joie», exprime Emilie, trente-huit ans. Jonas, le cadet de ses quatre enfants, est porteur de trisomie 21. La mère de famille complète: pour relever certains défis rencontrés avec un petit bout de trois ans qui ne mange pas seul et communique par signes, un soutien des membres de son Eglise pourrait consister à prendre régulièrement des nouvelles et à prier eux. «Des petites aides concrètes sont toujours bienvenues», ajoute Emilie.

Témoignage pour l’entourage de l’enfant
Directeur du Rimlishof, centre de la LLB qui accueille des enfants en situation de handicap, Alain Nussbaumer rappelle d’abord que tous les enfants ont le droit d’entendre l’Evangile. Par ailleurs, favoriser l’intégration des enfants handicapés est un signe d’amour envers eux et un témoignage pour leurs proches. Sans oublier la vertu pédagogique: «C’est en vivant un culte ensemble, en pratiquant des activités ensemble et en échangeant que les enfants apprendront la tolérance, le respect de leurs différences et la solidarité.»

Se former pour la prise en charge
Qu’est-ce que l’équipe du Rimlishof a mis en place dont une Eglise pourrait s’inspirer? D’abord, rencontrer la famille et l’enfant en situation de handicap pour les mettre en confiance. «Nous essayons de trouver comment compenser ce qui le rend vulnérable en adaptant l’environnement ou l’activité», détaille Alain Nussbaumer. Les animateurs définissent également ensemble si une personne supplémentaire est nécessaire pour l’encadrement de l’enfant. «Nous veillons à ce que l’équipe pédagogique soit en capacité de l’accueillir avec bienveillance, en tenant compte de sa singularité et proposons si besoin de la documentation et des formations.» En effet, la LLB France dispense de telles formations, soit au Rimlishof, soit sur l’invitation de plusieurs Eglises d’une région. Mais celles-ci peuvent aussi solliciter des éducateurs ou psychologues pour des formations spécifiques ou encore trouver des ressources dans le livret Accueillir les enfants en situation de handicap (LLB).

Pour bien vivre le culte
En tant que maman, Emilie suggère de demander aux familles concernées ce dont elles auraient besoin pour se sentir bien dans la communauté: «Cela pourrait être de leur garder des places où il y a de l’espace pour laisser leur enfant bouger durant le culte, avoir un jeune de l'Eglise pour l’accompagner à la garderie ou encore des grands-parents qui prennent le relais pour permettre aux parents de profiter du culte.»

Sandrine Roulet

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°