Bible & Science à l’assaut des idées reçues

image: Bible & Science à l’assaut des idées reçues
© DR

Panel solide et découvertes récentes pour un congrès qui se démarque du Réseau des scientifiques évangéliques en remettant en cause la théorie de l’évolution. Son côté militant se traduit par un témoignage de foi renouvelé.

Réconcilier la science avec la Bible et la foi chrétienne, aborder les questions de génétique: tels sont les buts du congrès «Bible et Science» qui se tient à Mulhouse du 25 au 27 octobre dans les locaux de La Porte Ouverte. «C’est une première au niveau national», annoncent les organisateurs, scientifiques et intellectuels, qui entendent partager le fruit d’une dizaine d’années d’échanges informels au sein de l’association du même nom.

La complexité du vivant est originelle
«Il s’agit de faire la démonstration que le gène humain a toujours été d’une grande complexité et qu’il n’est pas en évolution», explique Eric Lemaître, un des orateurs et organisateurs. «Le microscope électronique nous apprend que la plus petite cellule vivante est une usine moléculaire. Cela va à l’encontre de la théorie darwinienne; le complexe existait déjà dès l’origine. La moindre cellule vivante est plus complexe qu’un Boeing 747», souligne-t-il.

Un généticien en tête d’affiche
John Sanford, généticien américain inventeur du «canon à gènes» est la tête d’affiche du congrès qui compte parmi ses intervenants des polytechniciens, chercheurs en physique ou en pharmacie. «Il nous est parfois difficile d’assumer la conformité entre la recherche scientifique et la Bible, surtout dans un monde scientifique hyper laïque», déclare Eric Lemaître, par ailleurs socio-économiste. «Il est temps de sortir du bois!»
C’est ce qu’a fait Etienne Vernaz, un autre orateur, ancien directeur de recherches au Centre de l’énergie atomique (CEA). «La science est le CV de Dieu», déclare ce dernier. «L’Eglise a démissionné dans sa confrontation avec la société, elle se replie sur elle-même!»

Divergences au sujet de l’évolution
C’est au sein de l’association Bible & Science qu’Etienne Vernaz, André Eggen, Pierre Amey ou encore Guy Berthault partagent depuis plusieurs années le fruit de leurs réflexions sur les origines de l’homme et de la vie et sur la science en général. «Le congrès est une façon de rendre publics nos travaux», explique Eric Lemaître. «Il s’agit de faire sortir le monde chrétien d’une forme de honte de dire: “Oui, je crois en un Dieu qui a créé le ciel et la Terre”. Jésus n’a pas eu honte», insiste-t-il.
Après s’être approché un temps du Réseau des scientifiques évangéliques (RSE), lancé sous l’impulsion des GBU, Etienne Vernaz s’en est éloigné, déçu. «J’ai été sidéré par la virulence de certains des membres. Pour eux le sujet est clos, il n’y a pas de débat possible, la théorie de l’évolution est complètement vraie. Or si Adam n’a pas existé, alors Jésus a cru à une légende. A la limite, il faudrait supprimer toutes les citations.»
Selon le physicien, «la science a beaucoup avancé et de nombreux éléments montrent que la théorie darwinienne ne tient pas debout». Plutôt que de s’enfermer dans une étiquette «créationniste» ou «Dessein Intelligent», le scientifique préfère «s’émerveiller».
Deux mille personnes, chercheurs, étudiants et curieux, sont attendus pour les débats publics, plusieurs centaines pour les autres conférences. Si le succès est au rendez-vous, la manifestation sera reconduite dans trois ans.

David Métreau

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°