Dites-moi l’Eglise que vous fréquentez, je vous dirai quel chrétien vous deviendrez

image: Dites-moi l’Eglise que vous fréquentez, je vous dirai quel chrétien vous deviendrez
© iStockphoto

Si Jésus-Christ est le fondement commun de la foi chrétienne, les écoles de pensée divergent. Au-delà de l’inscription dans l’une ou l’autre confession, chaque croyant va aussi s’approcher et être influencé par telle ou telle autre sensibilité spirituelle et doctrinale. Oui, le type d’Eglise que vous fréquentez, le type de prédicateurs que vous suivez sur le web ou dont vous lisez les ouvrages, vont faire de vous un chrétien plutôt conservateur, plutôt social ou plutôt progressiste (ou relativiste). Dans un article publié par le Christianisme Aujourd’hui en 2012, plusieurs experts avaient contribué à la définition des trois catégories suivantes: Dossier: Relativisme ou légalisme

Vous êtes plutôt conservateur, parce que...
... vous fréquentez des assemblées de frères ou une Eglise évangélique congrégationaliste ou que vous suivez des prédicateurs issus de cette sensibilité-là. Elles sont connues pour leur attachement fort à l’interprétation littéraliste de la Bible.
Le chrétien développe dans ces Eglises une lecture comparable à une approche des Ecritures «juridique» et indépendante des circonstances. En découlent des convictions structurées sur le plan intellectuel, fortes et précises, considérées davantage comme la vérité elle-même que comme une interprétation.
Les croyants de ces Eglises sont des témoins polis, corrects et non invasifs. Conscients d’être en complète rupture avec la société, ils tendent à développer une culture de repli et de discrétion.
Sur le plan politique, c’est la seule frange évangélique qui se retrouve clairement à droite de l’échiquier politique, selon les enquêtes sociologiques. Lors des débats inter-évangéliques, ces Eglises préfèrent en principe se tenir à l’écart des projets et des organisations faîtières plutôt que de courir le risque de diluer leurs positions théologiques.

Vous êtes conservateur ou relativiste, c’est selon...
... car vous fréquentez une Eglise pentecôtiste comme les Assemblées de Dieu (ADD) ou charismatique comme beaucoup d’Eglises jeunes et récentes type megachurch. Loin de développer une culture monolithique, les Eglises de cette famille partagent néanmoins un certain nombre de ressemblances. Sur le plan organisationnel, le pasteur et autres responsables de l’Eglise donnent le diapason.
Ces Eglises défendent l’inerrance de la Bible. Les membres de ce type d’Eglises sont plutôt prompts à se lancer dans des actions d’évangélisation dans les rues, en annonçant de façon directe le message de l’Evangile, avec une lecture plutôt traditionnelle (littérale) de la Bible.
L’insistance est toutefois mise avant tout sur l’intervention divine dans la vie des fidèles, de sorte que la tendance est à valoriser le succès et à occulter les difficultés de la vie. Le développement personnel est de loin la préoccupation principale. Les signes extérieurs de réussite et un certain attrait pour le pouvoir peuvent apparaître.
Dans les faits, c’est justement cette lecture des Ecritures en fonction de la révélation du Saint-Esprit et l’accent fort mis sur la proximité avec Dieu qui peuvent occasionner des situations de relativisme. En effet, ce n’est un secret pour personne: les revers et les épreuves de la vie peuvent remettre en question la posture théologique du croyant.
Par ailleurs, réussir sa vie passe avant la lutte contre l’injustice et les dérives de la société – lutte dont les résultats sont beaucoup plus hasardeux et parfois source de mauvaise publicité.

--PAGE--

Vous êtes plutôt progressiste ou relativiste
Il existe quatre stades du développement de la foi chrétienne, selon le théologien américain John Westerhoff. Le troisième, avant la foi personnelle et après la foi induite et d’affiliation, est la foi en recherche. Provoquée notamment par des questions demeurées sans réponse, elle emmène le croyant dans une quête spirituelle et théologique ouverte. Les lectures, les Eglises ou communautés fréquentées peuvent, à ce stade, orienter le croyant en pleine construction théologique.
Les Eglises qui ont gagné une certaine reconnaissance et écoute au niveau des autorités peuvent elles aussi inciter, sans le vouloir, à un certain relativisme. Comment est-ce possible? Bien que défendant une interprétation globalement littérale de la Bible, ces Eglises privilégient les bonnes relations au risque de taire certaines positions ou convictions théologiques. Les prises de position de membres de la commission d’étude de la candidature des évangéliques vaudois auprès de la Commission consultative en matière religieuse (CCMR) du canton de Vaud, chargée d’examiner leur demande de reconnaissance officielle, sont éclairantes à ce propos. Les pasteurs évangéliques ont tout intérêt à faire profil bas sur des questions sensibles comme celle des genres (homosexualité, transgenre, etc.). C’est ainsi que des «marqueurs éthiques et leurs fondements théologiques» peuvent peu à peu disparaître de l’horizon et des réflexions.
Ces Eglises incitent en principe à l’engagement pour le bien commun. Au regard des relations plutôt apaisées avec la société, elles privilégient, consciemment ou non, un certain conformisme sociétal. En matière de témoignage, elles sont plutôt réticentes à annoncer l’Evangile de façon frontale et agressive. Elles favorisent là encore la relation.

Conclusion en forme de réfutation
Le psychothérapeute et auteur Jacques Poujol relativise tout de même ce constat. Il relève que l’individu a tendance à choisir une communauté qui lui corresponde. Ainsi, le croyant émotionnel optera pour une communauté qui accorde une large place aux émotions, le chrétien normatif pour une communauté du même type, etc. Pour lui, l’individu change peu. Mais lorsqu’il est dans un groupe qui valorise les mêmes traits de caractère, il sera confirmé dans son être et son fonctionnement et, dans certains cas, sa pathologie. La question de l’œuf ou la poule demeure actuelle, dans ce domaine aussi.

Christian Willi en collaboration avec Jérémie Cavin

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°