One’, les raisons d’un succès

image: One’, les raisons d’un succès
© DR
D’autres grands rassemblements sont à la peine. Or One’, qui a lieu le 2 novembre au Forum Fribourg, est en croissance de 5 à 10% par année, annoncent ses organisateurs. Comment s’explique le succès de cette journée organisée conjointement par les grandes fédérations évangéliques de Suisse Romande ainsi que de nombreuses œuvres?
Pour Stéphane Baehler, pasteur apostolique à Avenches, «le mix entre jeunes et vieux, entre réflexion sérieuse et formats courts ainsi que la grande qualité technique» expliquent en partie l’engouement suscité par One’, laquelle en est à sa quatrième édition. «Venu pour la première fois l’an dernier, j’ai été enchanté par la qualité des intervenants. Il y avait de la profondeur et aucune place laissée à l’amateurisme» se réjouit le pasteur. Le choix du lieu, plutôt central, a aussi son importance. Enfin la date, dans une période plutôt creuse, évite la concurrence d’autres événements d’Eglises.
Pour Philippe Thueler, secrétaire général de la FREE, «la recherche d’unité parmi les organisateurs» est un premier élément de réponse. «Probablement que le contenu est aussi important. Nous essayons d’être le plus possible à la pointe de ce qui se fait dans les Eglises et dans le monde, notamment avec les One’ Talks, des formats courts inspirés du milieu académique.»

Laboratoire pour l’Eglise de demain
Si l’événement (lequel a remplacé, on s’en souvient, la journée annuelle de la FREE qui s’essoufflait)s’adresse à tous, les organisateurs ciblent particulièrement les jeunes adultes. «Notre idée est aussi d’être un laboratoire pour développer l’Eglise de demain. Nous explorons de nouvelles formes» déclare Philippe Thueler. Pour autant, il compte de nombreux retours enthousiastes de seniors «désireux de se tenir à la page et de comprendre leurs enfants et petits-enfant. Ceux qui n’ont pas cette envie de découverte ne viennent pas.»
Avec de grands événements organisés cette année comme The Turning, le Kingdom Festival et le congrès Presence, Philippe Thueler s’attend à un léger fléchissement de l’affluence cette année. Pour autant, la dynamique est très positive, assure-t-il. «One’ a fait son nid. Les prélocations se font de plus en plus tôt.»

David Métreau

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°