«Papa, est-ce que tu crois en Dieu?»

image: «Papa, est-ce que tu crois en Dieu?»
© DR

Frédéric Ceppi raconte le cheminement récent qui lui a permis de se reconstruire et de découvrir la foi. A la base de ce cheminement, les questions insistantes de sa fille de quatre ans.

«Papa, c’est qui Dieu? Tu y crois, toi? J’ai le droit d’y croire, moi?» Tess, quatre ans, rentre un jour de l’école pleine de questions. Frédéric, son père, n’a pas reçu d’éducation religieuse; en plus, à travers l’exemple de son propre père, il s’est construit l’image négative d’un dieu punisseur. Il se revendique donc athée. Que répondre à sa fille? Avec sa femme, il lui explique qu’ils ne sont pas croyants mais «que certaines personnes le sont et que ce n’est pas mauvais». «On ne voulait pas lui mettre des barrières, mais elle revenait toujours avec ses questions. En voiture, elle désignait quelque chose et demandait si c’était Dieu ou les hommes qui l’avait créé» se souvient Frédéric Ceppi.

Très mauvaise passe
Quelques temps plus tard, Frédéric et sa femme se séparent et le trentenaire plonge. Sous le poids de ses erreurs passées (vols, drogue et prison) et d’une forte culpabilité, il tente de transcender son mal-être par le sport à outrance et en s’auto-mutilant.
Un dimanche, alors qu’il se promène avec ses deux filles à Lausanne, Tess le questionne à nouveau: «Tu m’emmèneras quand, dans une église?». Pris de court, le père répond qu’on ne peut pas y aller comme ça, que c’est seulement le dimanche matin. Mais Tess, qui a appris à lire, lui montre un panneau «culte évangélique à 18h». Frédéric Ceppi raconte: «Il était 17h55 et les filles ont voulu que nous entrions. Alors nous avons pris place dans les rangs. Les filles n’ont pas bougé. A la fin, le pasteur est venu se présenter et m’a conseillé une librairie où trouver des Bibles pour enfants». La semaine suivante, le père de famille divorcé s’y rend et ressort avec ce qu’il cherche. «Lire cette Bible pour enfants faisait du bien à mes filles, mais à moi aussi. Ce n’était pas ce que j’imaginais: j’ai découvert un Dieu d’amour» relate-t-il.

La littérature chrétienne de la voisine
A la même période, Neale, sa nouvelle voisine de palier, lui prête des livres sur le développement personnel et l’ésotérisme. Frédéric Ceppi sent qu’il a besoin d’autre chose: «Je suis attiré par la religion» confie-t-il à sa voisine. Celle-ci lui répond que sa belle-mère, une chrétienne, lui passe quantité de livres. Neale prête alors à son voisin Indomptable, le secret de l’âme masculine (Ed. Farel). «Ce livre a été un déclencheur» explique le trentenaire. «Mes parents se sont séparés lorsque j’étais adolescent. J’ai manqué d’un modèle masculin, mon image du père était abîmée». Grâce à l’ouvrage de John Eldredge, qu’il relit trois fois, Frédéric découvre qu’il a un Père au Ciel et comprend que son père sur terre a fait de son mieux, avec ce qu’il avait reçu. Il saisit aussi intellectuellement l’offre et le message du salut.

Rencontre avec Dieu
Janvier 2018: Frédéric et Neale, lesquels forment désormais un couple, sont invités à assister à un culte évangélique à Yverdon. Un demi-frère de Neale doit y parler de son travail de missionnaire. Ce jour-là, Frédéric vit une rencontre encore plus décisive: «J’ai pleuré tout le long du message, je me suis écroulé à genoux, il n’y avait plus que Dieu et moi» relate-t-il. «Son Esprit m’a envahi et j’ai reconnu Jésus comme Sauveur. J’ai enfin réussi à me pardonner mes erreurs passées. Le sac tellement lourd que je portais et que je ne pouvais donner à personne, j’ai pu venir le déposer à la Croix.»

--PAGE--

Un homme transformé
Toute la vie de Frédéric en est impactée: son sommeil s’améliore du jour au lendemain et il n’aime plus l’effet de l’alcool sur lui. Ses excès sont désormais de l’histoire ancienne et même sa relation avec ses filles est renouvelée: «J’étais un papa autoritaire; mon autorité était fondée sur la peur. Je reproduisais ce que j’avais reçu. On s’est retrouvés, avec mes filles.»
Deux mois plus tard, alors qu’il doit déménager pour raisons professionnelles, Frédéric trouve par le biais d’internet une Eglise évangélique à vingt mètres de chez lui: «J’ai découvert des gens formidables, qui m’ont accueilli. J’ai participé aux études bibliques et grandi dans ma foi». Depuis, il est devenu papa d’une troisième fille et a emménagé avec sa compagne. Témoin de sa transformation, Neale l’accompagne à l’Eglise et chemine elle aussi. Et en mars dernier, Frédéric Ceppi a eu la joie d’accueillir son père et sa sœur à son baptême.

Sandrine Roulet

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°