The Turning, bilan et impact

image: The Turning, bilan et impact
© iStockphoto

Le plus grand projet d’évangélisation de l’année a impliqué 112 Eglises, 19 bases d’envoi et suscité mille engagements.

Du 12 au 26 octobre, la Suisse romande a accueilli «The Turning», une vaste campagne d’évangélisation touchant toute la région. Le projet, initié à Reading au Royaume-Uni, a convaincu plusieurs pasteurs et communautés qui ont décidé de relever le défi: rassembler, dans un effort d’évangélisation de grande envergure mené par des chrétiens ordinaires.

Un projet qui voyait grand
L’un des objectifs de ce «Tournant» est de susciter la foi des participants, explique Christian Kuhn, directeur du Réseau Evangélique Suisse (RES) et porte-parole du projet: «Nous venons d’une mentalité un peu minimaliste; nous limitons souvent nos saines ambitions de voir Dieu agir de manière nouvelle et forte. Dans The Turning, nous partons du principe que Dieu a préparé le cœur de milliers de personnes, indépendamment de la “difficulté” du terrain en question.»
Forts de la conviction que la moisson est mûre, mais qu’il y a peu d’ouvriers, les personnes engagées prient pour être conduites auprès de ceux qui sont prêts. Et si la personne n’est pas mûre, «on peut passer en mode “semailles”, où l’on sème généreusement et soigneusement pour permettre une récolte ultérieure» précise Christian Kuhn.

Une réelle marche à suivre
Dans les faits, The Turning a proposé une semaine dans le Nord de la Suisse romande et une autre dans le Sud, touchant sept cantons. Le projet a réuni 112 Eglises évangéliques provenant d’unions différentes. Les participants se sont connectés depuis dix-neuf «QG» secondaires aux deux quartiers généraux principaux, Tavannes et Bussigny, pour des soirées de louange et de préparation. Les orateurs venus de Reading ont encouragé les chrétiens à sortir de leurs murs et à «porter la bonne odeur de Christ».
Le mardi soir 22 octobre, le QG de Bussigny comptait une centaine de personnes dont plusieurs témoignaient de contacts dans la rue ayant conduit à une prière de bénédiction ou de conversion en une vingtaine de minutes. La méthode consistait à présenter l’Evangile de manière frontale en suivant un script. L’entretien, directif, visait à conduire l’interlocuteur aussi loin que possible, pour aboutir à la prière de conversion proposée par le script.

La conversion n’est qu’un premier pas
The Turning vise une moisson abondante. Les organisateurs estiment qu’environ mille personnes ont confié leur vie à Christ. La méthode vise-t-elle le quantitatif au détriment du qualitatif? Interrogé sur les suites à donner, Christian Kuhn explique: «Du fait que les personnes “mûres” pour être récoltées font un pas dans la rue avec des inconnus que nous sommes, il est essentiel de pouvoir permettre à la relation et la confiance de grandir avant d’envisager un réel processus de discipulat.» La conversion n’étant qu’un premier pas, un programme de formation était offert à tous afin qu’ils persévèrent dans l’engagement pris.
Le temps montrera l’impact à long terme de ce mouvement. Pour l’heure, les participants se réjouissent d’avoir pu partager la Bonne Nouvelle. 

Nathania Clark

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°