Les prières «clés en main» de la Bible

image: Les prières «clés en main» de la Bible
© Istockphoto

David Brander, pasteur des Eglises Chrischona en région bâloise et responsable de la communication à «Prière pour la Suisse», mène une étude sur les prières de la Bible, afin de contrebalancer la prière libre, vite centrée sur les besoins humains. Redécouvertes.

Nous avons développé une étonnante capacité, celle de prier nos préoccupations et nos insatisfactions et d’en informer Dieu et parfois même, de manière détournée, nos frères et sœurs en la foi. «Tous doivent entendre combien j’ai traversé de galères dans ma vie.» Un homme était bien placé pour s’exprimer de la sorte et pleurnicher: Paul. Il a écrit sa lettre aux Ephésiens alors qu’il venait de sortir de prison. Et pourtant, pas un mot sur sa situation ou ses états d’âme quand il prie pour les Ephésiens. L’apôtre ne prie pas comme un homme brisé, incarcéré injustement, mais comme quelqu’un qui sait qui il prie.

Décentrage de soi
Je me retrouve souvent à faire de moi-même le point de référence de mes prières. Si je me sens spirituellement bien, voire fort, j’attends beaucoup de Dieu. Si je suis déprimé par mes défaillances, par les déceptions, mes prières dérivent et j’attends alors moins de lui. Ou je ne prie plus du tout, parce que je me sens comme le «dernier des derniers».
Le point de référence ne devrait jamais être notre piété ou la puissance spirituelle de notre église, mais Dieu et sa gloire. Paul ne demande pas à Dieu de faire tout ce qui est possible ou qui ait du sens d’un point de vue humain. Il demande plutôt à Dieu de faire tout ce qui correspond à «la richesse de sa gloire». Paul sait déjà à l’avance que nos attentes humaines seront largement dépassées.
Concrètement, je ne commence pas mes moments de recueillement personnel par des gémissements et des lamentations, mais par un chant de louange. Et je me pose la question: comment est-ce que je prierais si j’étais assuré que Dieu m’exauce complètement?

L’Eglise, projet central
Paul ne prie pas contre le temple d’Artémis à Ephèse, pour les dirigeants politiques de Rome ou contre l’impureté morale en ville de Thessalonique. Il prie pour l’Eglise. Oui, prier pour nos dirigeants politiques reste un impératif du Nouveau Testament, notre Parlement helvétique vient du reste d’être entièrement renouvelé, à nous chrétiens de les porter dorénavant dans nos prières. Paul connaît aussi bien combien fait rage la guerre spirituelle dans le monde invisible. Mais ce qui ressort de ses prières dans les Epîtres, c’est qu’il priait pour l’Eglise et pour chacune spécifiquement.
Les prières apostoliques orientent notre attention vers l’Eglise, vers le Corps du Christ au niveau local. Elle est l’outil premier que Dieu a choisi pour étendre sa royauté. Par conséquent, notre prière devrait porter elle aussi sur sa construction et son renforcement. Les puissances spirituelles reculent dans les régions où l’Eglise prend sa place. Les systèmes politiques sont secoués lorsqu’une Eglise forte et priante s’établit.
De m’en rendre compte à nouveau m’a donné un nouvel élan: Je ne prie pas seulement pour moi et pour mes problèmes. Il s’agit avant tout de Dieu et de ses buts qu’il veut atteindre avec nous, l’Eglise.

--PAGE--

La connaissance d’abord, l’amour ensuite
Dernières caractéristiques des prières apostoliques, leur accent sur la connaissance de Dieu. Quand l’Eglise reconnaît vraiment Dieu pour ce qu’il est, beaucoup de problèmes s’estompent. Beaucoup de demandes n’ont plus lieu d’être. L’inverse est aussi vrai: par manque de connaissance, le peuple périt!
Combien de fois ai-je essayé d’imposer ma volonté à Dieu dans la prière! Combien de fois ai-je commencé à prier sans savoir ce que Dieu voulait! Les prières apostoliques vont dans le sens contraire: elles confessent que nous devons d’abord connaître Dieu et sa volonté. Si nous nous trouvons ignorants dans ce domaine, alors commençons par demander d’y voir plus clair!
Ensuite, le sujet pour lequel Paul intercède le plus souvent, c’est que l’amour – non la puissance dans le témoignage – mais bien que l’agapé emplisse les assemblées.

C’est un processus
Etudier les prières de la Bible, écrire à leur sujet est une chose, les appliquer et les laisser renouveler toute ma vie de prière en est une autre. C’est tout un processus! Mais il ne s’agit pas non plus de faire tout juste. La prière n’est pas un exercice religieux. Dieu ne s’intéresse pas aux belles paroles sans la bonne attitude du cœur.
Mais je pense que notre défi de chrétiens évangéliques est plutôt d’intégrer les prières de la Bible dans notre piété personnelle et quotidienne, que ce soit en les priant littéralement ou en nous inspirant de leur contenu pour élaborer quelque chose de plus large, de personnel. C’est au prix d’un tel effort qu’elles deviendront nos propres paroles et prières.
Qu’y a-t-il de plus puissant que de prier la Parole de Dieu? Celui qui prie les prières bibliques énonce en grandeur nature la volonté de Dieu: c’est puissant!

David Brander

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°