Evangéliques pris à parti dans le débat sur le voile

image: Evangéliques pris à parti dans le débat sur le voile
© Wikipedia
Tandis que la classe politique française féraillait sur l’interdiction des signes religieux (en fait et spécifiquement du voile islamique) lors de sorties scolaires, le débat a dévié à au moins deux reprises sur les évangéliques. Le 15 octobre sur France Inter, la sénatrice socialiste Laurence Rossignol (photo) faisait l’amalgame: «Dans les quartiers, il serait bien qu’on s’intéresse aussi à ce que font les évangélistes (sic), largement aussi présents, moins visibles, très prosélytes et qui, eux, interviennent également sur le contenu des enseignements.» Par contenu, il fallait entendre une morale traditionnelle et le créationnisme.
Christian Blanc, président du CNEF et Françoise Caron, présidente des AFP, lui ont adressé un courrier de protestation, soulignant les «actions solidaires et humanitaires» menées dans les cités.
Interviewé le 29 octobre sur France Info, un autre élu socialiste, David Assouline, a critiqué les «dégâts» faits par les «évangélistes». «On ne peut pas dire qu’ils nous enseignent les Lumières ni la République» a-t-il déclaré. Un «cliché» pour Christian Blanc, lequel a de nouveau mis en relief sur Twitter les actions solidaires menées par les évangéliques «favorisant une mixité sociale respectueuse de la laïcité qui permet à chacun de s’exprimer sans exclure l’autre.»

David Métreau

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°