Le changement, tu gères comment?

image: Le changement, tu gères comment?
© iStockphoto

Les réponses

Tu as une majorité de A.
Ta vie est plutôt bien réglée et bien préparée. C’est positif, parce que ça t’aide à garder le contrôle et tu es à l’aise et rôdé dans ce que tu dois faire. Par contre, tu as peut-être un peu de peine à intégrer l’imprévu dans ton quotidien. Le changement te fait peut-être un peu peur... Mais il peut aussi t’apporter beaucoup de nouvelles choses à ta petite vie bien réglée.

Tu as une majorité de B.
Le changement ne te fait pas forcément peur et ta vie n’est pas rythmée non plus par des mouvements. On peut donc dire que tu as un bon «équilibre», pour autant que les changements soient conscients et t’apportent quelque chose. Dans la mesure du possible, les changements que tu vis ne doivent pas être subis mais plutôt choisis.

Tu as une majorité de C.
Ta devise, ce serait «Le changement, c’est tout le temps». Ouvert sur le monde, tu multiplies les rencontres, les expériences et tu dois avoir déjà vécu tellement de situations différentes. C’est dans ton vécu que se trouve ta richesse. Mais veille toutefois à te poser quelques habitudes fixes pour garder une certaine stabilité et éviter d’être une personne trop «changeante» afin que l’on puisse continuer à compter sur toi.

Le test Dossier: Les changements

Lorsque tu te lèves le matin:
B. Tu as tes habitudes, mais selon l’humeur et le nombre d’heures de sommeil tu es prêt à zapper l’une ou l’autre d’entre elles, sans que ça ne te mette forcément de mauvaise humeur.
C. Chaque jour est un jour nouveau. Un jour tu commences par les WC, le lendemain par allumer ton téléphone. Le petit-déj? T’es pas contre, mais s’il faut le manger au réveil ou en courant pour chopper ton bus, ça t’es égal.
A. Tes gestes sont automatiques: lever, lecture, douche, déjeuner: ton programme est très clair et ce n’est pas ton père encore à moitié endormi surgissant de sa chambre qui te fera changer ta routine matinale.

Une fois n’est pas coutume, tu passeras Nouvel An à un autre endroit que ces 5 dernières années:
A. T’es un peu en panique et mille questions se bousculent dans ta tête. Tu le sais déjà, ce changement te hantera toute la soirée.
B. Tu es partagé. D’un côté tu te réjouissais tellement de retourner là, mais de l’autre tu te dis que tu pourras faire de nouvelles connaissances.
C. Un seul mot te traverse l’esprit: enfin! La monotonie de ces dernières années te pesait vraiment.

A midi, quand tu peux choisir, c’est:
B. Tu n’as pas forcément de repas particulier. Mais tout de même, une semaine sans se faire une grosse bouffe entre amis ou entre collègues, c’est un truc qui peut te saouler.
A. Le lundi des pâtes, le mardi (gras) direction fast-food, le mercredi c’est vegie, le jeudi pique-nique et le vendredi tu manges avec les amis. Et la semaine suivante, ton petit régime recommence!
C. A choisir tu préfères manger… peu importe! Peu, beaucoup, acheté sur place ou en pique-nique, tu n’es pas difficile. Du moment que tu as un peu d’énergie pour le reste de la journée, ça te va!

Dans tes loisirs:
B. Tu vas au fit une fois par semaine, mais ça t’arrive aussi de faire d’autres sports en plus durant les week-ends avec les amis. Tu prends des cours de guitare à côté de tes études, mais ce n’est pas forcément ta priorité.
A. Ton sport c’est le foot, ton art c’est le piano. Tu n’as pas vraiment fait d’autre chose, mais tu es assez bon dans les deux domaines.
C. Skate, équitation, violoncelle, tchoukball ou DJ, tu as un peu touché à tout. L’essentiel étant de découvrir des choses, tu enchaînes les activités et lorsque tu t’en lasses tu as toujours quelque chose d’autre à découvrir.

Tes soirées c’est plutôt:
A. En semaine: révisions, puis petite série ou film après le repas si tu as bouclé ce que tu devais faire. Et durant week-end, tu te fais des plans avec des potes, t’es souvent déjà booké dès le lundi pour tous le week-end!
C. Tu vis chaque jour comme le dernier. Tu ne vas pas oublier tes responsabilités, mais tu n’es pas franchement organisé et tes soirées se suivent sans se ressembler. Tu veux toujours laisser la place à l’imprévu.
B. Dans un monde parfait, ce serait travailler pour les cours. Mais tu arrives à t’arranger: si tu veux sortir une fois boire un verre ou bien que tu as un match en semaine, tu trouves le temps à un autre moment pour anticiper ou rattraper ton travail.

Par Robin Jaques, robin@just4u.org

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°